Accueil > Actualités > Les acheteurs peinent à trouver le bien de leur rêve
Les annonces immobilières manquent par rapport au nombre d’acheteurs
Les annonces immobilières manquent par rapport au nombre d’acheteurs

Les acheteurs peinent à trouver le bien de leur rêve

Alors que les candidats à l’accession immobilière se déclarent enthousiastes (bien plus de la majorité d’entre eux pensant que le moment est idéal pour acheter), le marché immobilier a du mal à suivre. Les acquéreurs potentiels sont en effet plus nombreux encore à peiner à trouver le logement de leur rêve.

Immobilier : des acheteurs plus nombreux que les vendeurs

Pour 69 % des futurs acquéreurs de bien immobilier, l’époque est idéale pour se lancer. Et ce positivisme découle surtout du niveau très bas, donc très attractif, des taux d’intérêt (77 % des acquéreurs). Mais, en contrepartie de cet optimisme, la pression se fait de plus en plus lourde pour ces acheteurs : le rapport acheteur/vendeur est aujourd’hui de 1,5/1. Et ils sont 56 % parmi eux, à penser que là où ils recherchent, les acheteurs sont plus nombreux que les logements mis en vente. Un chiffre bien supérieur à celui en vigueur en octobre 2018 (47 %). Résultat : 73 % avouent leurs difficultés à dénicher le bien répondant à leurs désirs alors qu’ils n’étaient que 67 % dans le même cas en 2018.

Une seule solution pour ces acheteurs : faire des concessions. Aujourd’hui, 82 % y sont d’ores et déjà disposés. C’est 9 % de plus qu’en janvier 2018. Et les futurs acheteurs sont surtout prêts à réduire leurs attentes au niveau de la surface du bien (44 %) ou de sa localisation (30 %). À noter qu’ils n’étaient que 22 % à y songer en 2018.

Déséquilibre entre l’offre immobilière et la demande : la situation se tend de plus en plus en Île-de-France

C’est dans la région francilienne que la pression est le plus fortement ressentie : la région accueille un cinquième des vendeurs de France, mais un quart des acheteurs. Rien d’étonnant donc à ce que parmi ces derniers, ils soient 66 % à penser qu’ils sont plus nombreux que les biens à vendre dans leur secteur de recherche. Et les acheteurs franciliens se révèlent un peu moins optimistes que les autres : 56 % contre 52 % songent que l’achat immobilier est un acte compliqué. Ce pessimisme s’explique par la difficulté de trouver « le » bien immobilier : pour 65 % (contre 62 % pour la totalité des acheteurs français), le choix est limité. Et pour 29 % d’entre eux, les biens convoités partent trop rapidement (contre 26 %).

Et les acheteurs franciliens sont également plus nombreux que les autres à penser que les prix de l’immobilier sont déconnectés de leur budget (65 % contre 58 % en moyenne nationale). Avec un prix moyen de plus de 10.000 €/m² à Paris et une flambée des prix qui gagne peu à peu de nombreuses autres communes franciliennes, il n’y a rien d’étonnant à ce ressenti. Mais, pire encore, pour 40 % de ces acheteurs d’Île-de-France, les prix risquent encore d’augmenter dans les mois à venir.

Publié par Sarah Joly

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Sous-louer son logement est possible sous certaines conditions

Sous-louer, est-ce possible ?

Tout ce qu’il faut savoir sur la sous-location

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.