Accueil > Actualités > L’encadrement des loyers est-il vraiment utile ?
L’encadrement des loyers vise à protéger les locataires contre les loyers abusifs
L’encadrement des loyers vise à protéger les locataires contre les loyers abusifs

L’encadrement des loyers est-il vraiment utile ?

Alors qu’il devrait faire son retour en juin, grâce à la loi Élan, une étude est revenue récemment sur l’utilité de l’encadrement des loyers. Face à la hausse constante et importante des loyers dans les grandes métropoles françaises, les habitants de Lille et de Paris ont-ils tiré bénéfice de ce dispositif qui fut retoqué par la justice administrative ?

Location à Lyon et Bordeaux : pas d’encadrement des loyers, une hausse importante de ceux-ci

Si depuis quelques années les prix de l’immobilier ont énormément progressé dans les principales métropoles françaises, il en est de même des loyers. Et contrairement à l’idée répandue, ce n’est pas dans la capitale qu’ils ont le plus flambé. Sur la plus haute marche du podium, en matière d’augmentation des loyers, on trouve en effet Lyon et Bordeaux. Deux villes en forte croissance économique. Les loyers y ont gagné plus de 8 % entre janvier 2015 et novembre 2018. Aujourd’hui, les loyers de marché (relocation ou nouvelle location) se montent respectivement à 13,4€/m² à Bordeaux et 11,2€/m² à Lyon.

Une forte augmentation à comparer à celle constatée dans les villes de Marseille et Lille durant la même période : +2,5 % seulement. Toutefois, en 2018 les loyers de marché de la métropole lilloise à 13,7€/m² dépassaient toujours ceux en vigueur sur Bordeaux. Alors qu’à Marseille, en cas de nouvelle location ou de relocation, le mètre carré n’atteignait que 12,4€ en loyer mensuel.

Les loyers des biens en location ont été contenus à Paris

À Paris, l’encadrement des loyers semble avoir été efficace jusqu’à son annulation. En effet, de janvier 2015 et jusqu’au second semestre 2017, les loyers y ont peu augmenté. Or, après l’annulation du dispositif (le 28 novembre 2017), ils ont connu une telle flambée qu’ils ont rattrapé le niveau de ceux pratiqués à Marseille et à Lille. Malgré la prudence exigée, on peut donc penser que l’encadrement des loyers a joué son rôle de garde-fou.

Toutefois, ces augmentations de loyer, même importantes parfois, ne sont rien à côté de la hausse des prix de l’immobilier dans les grandes villes. En moyenne, ceux-ci ont gagné +20 % entre 2016 et fin 2018. C’est 15 % de plus que l’augmentation générale des loyers qui s’établit à 5 %. Alors, devenir propriétaire ou rester locataire ?

Publié par Sarah Joly

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Les prix des appartements neufs ont chuté de 1.2% sur les trois derniers mois

Les prix dégringolent dans l’immobilier neuf

Le marché de l’immobilier neuf se dégrade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.