Accueil > Actualités > Comment sous-louer sa résidence principale sans payer d’impôt ?
Sous-louer une partie de son logement permet de compléter ses revenus
Sous-louer une partie de son logement permet de compléter ses revenus

Comment sous-louer sa résidence principale sans payer d’impôt ?

Propriétaire ou locataire de votre résidence principale, savez-vous qu’il est possible de sous-louer une partie de votre logement sans avoir à payer d’impôt sur les sommes perçues ? Mais attention, pour profiter de cette tolérance, il va vous falloir respecter certaines conditions.

Une sous-location en tant que résidence principale sans payer d’impôt, mode d’emploi

Si mettre du beurre dans les épinards en louant ou sous-louant votre logement est possible, n’oubliez pas que l’administration fiscale est toujours aux aguets. Mais, bonne nouvelle pour vous, dans certains cas, elle peut se montrer tolérante et vous exonérer d’impôts sur les sommes perçues. Mais pour cela, il faut déjà que vous louiez une partie ou un logement qui vous a déjà servi comme résidence principale. Vous ne pouvez pas, par exemple, réhabiliter une dépendance inoccupée (du style commerce) pour la louer.

De plus, pour obtenir l’exonération des loyers, le bien doit constituer la résidence principale de votre locataire (c’est le cas si vous louez à un étudiant durant l’année scolaire) ou être un logement temporaire, mais uniquement si votre locataire dispose d’un CDD (contrat d’emploi saisonnier par exemple).

Sous-location et exonération d’impôts : les plafonds de loyers

Mais l’administration fiscale ne vous exonérera que si les loyers perçus ne dépassent pas les « limites raisonnables ». Les plafonds sont disponibles sur le site impots.gouv.fr dans l’onglet Bofip (Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts). En 2019, ces limites s’élèvent à 138 €/m²/an en province, et 187 €/m²/an en Île-de-France.

Vous pouvez également décider de transformer une partie de votre résidence principale en location saisonnière (résidence non principale pour le locataire), chambres d’hôtes ou autres. Dans ce cas, vos gains seront exonérés d’impôts s’ils ne dépassent pas 760 euros par an. Au-delà, c’est la somme entière qui sera imposée. Attention, cette somme maximum comprend les taxes et prestations annexes.

Bon à savoir : ces deux exonérations peuvent être cumulées et sont également valables si vous êtes locataire de votre résidence principale.

Publié par l’équipe éditoriale de L’immobilier 100% entre Particuliers

A propos L’immobilier 100% entre Particuliers

L'équipe éditoriale de l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Acheter une maison aux enchères permet de profiter d’un prix attractif

La vente aux enchères immobilières

Les enchères, un moyen d’acquérir une habitation à un bon prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.