Accueil > Villes > Toulouse > Les prix immobiliers à Toulouse vont-ils flamber ?
Les logements sont prisés sur les bords de la Garonne
Les logements sont prisés sur les bords de la Garonne

Les prix immobiliers à Toulouse vont-ils flamber ?

A Toulouse, l’immobilier affiche des prix encore raisonnables

Le marché de l’immobilier toulousain se porte bien. Comparativement à sa taille (Toulouse est la 4ème commune la plus peuplée de France derrière Paris, Marseille et Lyon), le prix des logements y reste abordable. En moyenne, selon le baromètre LPI-SeLoger, il faut compter un budget de 3.143 euros par mètre carré pour devenir propriétaire dans le chef-lieu de la nouvelle région Occitanie. C’est beaucoup moins que dans de nombreuses grandes agglomérations de France. A titre de comparaison, le mètre carré immobilier se négocie à 4.219 euros à Nice, 3.285 euros à Lille, 3.300 euros à Nantes. Seules les villes de Marseille et de Montpellier pratiquent des tarifs plus bas, respectivement de 2.977€/m² et 3.009€/m².

Les appartements dans le centre historique de Toulouse gardent la faveur des acheteurs

Les prix immobiliers grimpent dans certains quartiers de la ville rose, comme dans le centre-ville de Toulouse. En dépit de l’absence d’ascenseur, de DPE souvent médiocres et de difficulté à stationner, les logements situés dans l’hyper-centre (qui regroupe les quartiers Carmes, Capitole, Esquirol, Saint-Etienne, les Chalets) sont pris d’assaut. Pour acheter, il faut compter une moyenne de 4.500 euros par mètre carré, voir plus.
De l’autre côté de la Garonne, sur la rive gauche, les prix sont proches de ceux pratiqués dans le centre historique. C’est le cas à Saint-Cyprien et les quartiers adjacents.
A l’est du cœur de ville, les demandes sont également nombreuses, maintenant la pression sur les prix. Le secteur de la Côte Pavée fait partie des coins recherchés des acquéreurs pour ses maisons de ville avec jardin et ses appartements familiaux. Les biens à vendre partent généralement très rapidement et à bon prix.
Les prix sont plus doux un peu ailleurs, voir en bas de la fourchette dans certains quartiers bénéficiant d’une moins bonne image comme le Mirail ou Reynerie.

Immobilier : Toulouse la ville qui grimpe

Figurant en bonne position sur de nombreux classements (sur les villes où il fait bon vivre, où il fait bon étudier, où le logement est bon marché et le marché de l’emploi est stable…), Toulouse séduit de plus en plus. Si la clientèle reste encore essentiellement locale, la situation tend à évoluer. Et le prolongement prévu de la LGV pourrait bien bouleverser l’équilibre actuel. Si aucune date n’a été fixée pour l’instant, le raccourcissement du temps de trajet entre la ville et Paris (à 3h10 contre un peu plus de 4h actuellement) pourrait en effet provoquer une ruée de la clientèle parisienne comme ce fut le cas à Bordeaux et à Nantes.

Acheter un bien immobilier à Toulouse c’est maintenant !

Si vous avez un projet d’achat immobilier à Toulouse c’est le moment d’en profiter. Les prix sont encore très abordables et les niveaux très bas des taux d’emprunt permettent de financer le projet dans des conditions de rêve. Dans le centre, ou en périphérie, des nombreuses offres sont à saisir. Qu’il s’agisse de l’achat d’une résidence principale ou d’un investissement locatif, le marché immobilier toulousain offre de belles opportunités et l’assurance d’une douce qualité de vie.

Publié par Anne Maurel

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Le ciel est dégagé sur le marché immobilier grenoblois

L’immobilier à Grenoble offre de belles opportunités

L’immobilier grenoblois sourit aux acheteurs et aux investisseurs immobiliers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.