Accueil > Actualités > Crédit immobilier: faut-il s’endetter jeune ?
Les banques chouchoutent les jeunes actifs qui souhaitent acheter un bien immobilier
Les banques chouchoutent les jeunes actifs qui souhaitent acheter un bien immobilier

Crédit immobilier: faut-il s’endetter jeune ?

Lorsqu’ils sont enfin installés dans la vie professionnelle, de nombreux jeunes français se mettent à rêver de propriété. Et cela tombe bien, aujourd’hui les établissements bancaires réservent souvent leurs meilleures conditions aux emprunteurs les plus jeunes. Faut-il alors céder aux sirènes du crédit immobilier ou faire preuve de prudence et attendre quelques années de plus ?

Rembourser un crédit immobilier plutôt que payer un loyer : quel alternative quand on est jeune ?

Pour 3 Français sur 4, l’acquisition d’une résidence principale est le rêve de toute une vie. Toutefois, les difficultés économiques viennent parfois mettre à mal ce désir de propriété. En particulier chez les jeunes générations. Ainsi, selon le courtier Meilleurtaux, le pourcentage des primo-accédants ayant moins de 35 ans a baissé de 4 points l’année dernière (58 % en 2018 contre 62 % en 2017). Et cette diminution s’explique sans doute par les difficultés qu’ont les jeunes à décrocher un CDI (les CDD représentent aujourd’hui 87 % des embauches). Car acheter un bien cela passe généralement par la souscription d’un crédit immobilier. Et pour l’obtenir, le CDI est toujours une condition sine qua non.

Pourtant, acheter un bien immobilier jeune serait une très bonne idée selon les courtiers et les établissements prêteurs. En effet, mieux vaut investir que rembourser un loyer dès lors que cela est possible. Pour 70 % des ménages qui achètent leur première résidence, l’idée de ne plus payer de loyer est d’ailleurs la première motivation d’achat. Se constituer un patrimoine, en revendant plus tard pour acheter un nouveau bien plus adapté, est également l’une des raisons qui plaident en faveur d’un achat précoce.

Et celui-ci est d’autant plus possible (lorsqu’on dispose enfin d’un CDI) que les banques offrent aujourd’hui des conditions d’emprunts plus que favorables aux jeunes actifs.

Crédit immobilier : les jeunes travailleurs ont des avantages

Car les établissements bancaires ont de bonnes raisons de courtiser les jeunes travailleurs. Non seulement ceux-ci ne sont pas encore engagés auprès d’une enseigne, mais en plus, ils sont demandeurs de services associés (prêt voiture, assurance, livret…) Les fidéliser très tôt est donc l’un des buts des prêteurs et le crédit fait office de produit d’appel. Les moins de 30 ans se voient donc souvent proposer des barèmes adaptés ou des conditions de revenus plus souples. Par rapport à un ménage bien installé, un jeune peut ainsi obtenir une décote allant de 0,10 à 0,30 point. Et parfois, certaines banques ont même mis en place des crédits spécifiquement réservés aux primo-accédants.

Les banques sont également plus souples sur l’apport personnel de ces jeunes qui débutent dans la vie active. Même si une petite épargne aide toujours à obtenir son crédit. Pour finir, outre qu’elles proposent à ces jeunes clients des crédits à durée longue (jusqu’à 30 ans parfois), elles peuvent également faire baisser le prix de leur assurance emprunteur. Une réduction qui atteint parfois 50 % pour des emprunteurs plus prompts à souscrire une assurance individuelle. Il faut dire que l’assurance de groupe peut, pour un jeune, représenter de 0,20 à 0,30 point du taux effectif global (TAEG) de son crédit, contre 0,08 à 0,10 point pour une assurance en délégation.

Vous êtes jeune et tenté ? Attention, acheter un bien immobilier représente toujours un frein à la mobilité si un changement dans votre vie personnelle advient. D’autant plus si vous considérez votre achat immobilier du point de vue de l’investissement. Pour que celui-ci soit rentable, il faudra conserver votre résidence assez longtemps pour que les charges fixes (frais de notaire entre autres) soient amorties. Par exemple, pour un bien de 70 mètres carrés, la durée nécessaire est de 2 ans et 8 mois en moyenne (chiffres : Meilleurtaux). Et plus dans certains secteurs où les prix de l’immobilier sont très élevés.

Publié par Sarah Joly

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Sous-louer son logement est possible sous certaines conditions

Sous-louer, est-ce possible ?

Tout ce qu’il faut savoir sur la sous-location

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.