Accueil > Actualités > Prêt immobilier : le revenu des emprunteurs baisse
En 2018, les ménages qui ont décroché un prêt maison gagnaient 1.000 euros de moins qu’en 2016
En 2018, les ménages qui ont décroché un prêt maison gagnaient 1.000 euros de moins qu’en 2016

Prêt immobilier : le revenu des emprunteurs baisse

Les banques seraient-elles plus clémentes aujourd’hui qu’il y a 5 ans ? C’est une question à se poser alors que le revenu moyen des emprunteurs est passé récemment sous la barre des 5.000 €. Hélas, la réponse semble un peu plus compliquée que cela.

Les souscriptions de crédits immobiliers en hausse

Étonnamment, les banques et les courtiers ont une perception bien différente du niveau de souscription de crédit immobilier en France. Si les premières ont noté une baisse des demandes, chez les seconds, on affirme que celles-ci ont, au contraire, retrouvé leur niveau d’il y a deux ans. Elles auraient, toujours selon les courtiers, augmenté de 20 % entre janvier 2018 et janvier 2019. Et alors que le mouvement des gilets jaunes perdure, ils semblent que les Français soient de plus en plus en quête de la stabilité et de la sécurité d’un investissement dans la pierre. Chez le courtier Meilleurtaux, on a ainsi relevé une hausse de 8 % des demandes de crédits en janvier 2019 par rapport à janvier 2018.

Mais, malgré ces bons chiffres, les professionnels mettent en garde. Il ne suffit pas que les taux restent bas pour soutenir le marché, il faut également que les Français puissent encore acheter. Si les prix du mètre carré augmentent trop, un ralentissement est à prévoir. C’est une des grandes craintes des professionnels de l’immobilier pour l’année qui commence.

Prêt immobilier en 2018 : l’emprunteur moyen a gagné 1.000 euros de moins qu’en 2016

Car il est bien question de pouvoir d’achat des Français en ce début d’année. Et celui-ci n’étant pas extensible à l’infini, une hausse des prix pourrait rapidement faire chuter la demande. Il semble d’ailleurs que les banques aient déjà pris la mesure du danger : l’année dernière, le revenu moyen des emprunteurs est passé sous les 5.000 euros, à 4.376 euros exactement. Un seuil qui n’avait plus jamais été franchi depuis 5 ans. Dans les faits, en baissant de plus de 20 % en deux ans (et de 15 % en un an) les revenus d’un emprunteur type (montant moyen du prêt à 216.662 €) ont baissé de plus de 1.000 euros.

Les banques prêtent donc plus facilement. Sauf aux acheteurs parisiens ! Ces derniers doivent en effet toujours montrer « patte blanche » avec des revenus de près de 8.300 euros nets par mois. C’est donc beaucoup plus qu’à Lyon, 2e ville de France en matière de prix de l’immobilier, où les banques ne réclament « que » 5.800 € net par mois de revenus pour emprunter.

Crédit à l’habitat : l’apport personnel est boosté par les aides familiales

À côté de cette baisse de revenus des emprunteurs, les professionnels ont également noté une hausse de la participation des parents ou grands-parents à l’achat de la propriété. Cet apport supplémentaire, qui atteint entre 20.000 et 50.000 euros s’explique non seulement par les difficultés de la vie, mais également par la perte d’intérêts de certains placements financiers. À savoir que l’apport moyen (en hausse grâce à ces contributions supplémentaires) ne représente que 8 % en moyenne du montant de l’emprunt (un peu plus que 18.000 euros), mais permet de réduire la durée des prêts qui, aujourd’hui, a plutôt tendance à augmenter.

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Les cabanes de jardin de plus de 5m² sont soumises à la taxe d’aménagement

La taxe cabane de jardin augmente

La valeur forfaitaire de la taxe d’aménagement a été revalorisée de 3.8%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.