Accueil > Actualités > Où acheter dans le Grand Est
En Alsace, les offres immobilières sont nombreuses
En Alsace, les offres immobilières sont nombreuses

Où acheter dans le Grand Est

Comme partout ailleurs en France, l’année 2018 fut très bonne pour l’immobilier du Grand Est. Et comme d’habitude, suivant cette hausse des ventes, la hausse des prix a touché les plus grandes villes de la région. Pour acheter, mieux vaut aujourd’hui bien choisir son secteur !

Strasbourg et Mulhouse : le marché immobilier est stable

À Strasbourg en Alsace, après s’être envolé, le prix au mètre carré tend à stagner, les vendeurs étant plus nombreux que les acheteurs. Même si dans cette grande métropole, Schiltigheim fait figure d’exception avec des prix en hausse de 8 %. Tout comme le Neudorf, pris d’assaut il y a quelques années et où le mètre carré se négocie à 3.000 € environ, Schiltigheim jouit d’une belle attractivité. La proximité du centre-ville, les transports et les nombreux programmes neufs ont fait monter les prix à environ 2.500 €/m².
Toutefois, il est encore possible de faire de belles affaires dans ces deux quartiers alors que du côté de la Grande Ile, un studio à visée locative de 26 m² s’est récemment échangé à 129.000 € soit près de 5.000 €/m².

À Mulhouse, après une année 2017 enflammée, le marché immobilier s’est plus ou moins stabilisé en 2018. Au centre-ville où les biens immobiliers sont encore trop peu nombreux, les prix atteignent environ 2.000 €/m². Mais de bonnes affaires existent entre la gare et le centre historique où un logement des années 50 de 136 m² s’est échangé à moins de 1.200 €/m². Il en est de même dans le quartier de la Fonderie, en phase de rénovation, avec des biens à 1.400 €/m² environ.

Alsace : Colmar et Haguenau, des villes idéales pour investir dans l’immobilier

Colmar a conservé son bon niveau de ventes sans toutefois voir les prix immobiliers augmenter. Dans l’hypercentre, les logements avec cachet s’échangent à hauteur de 1.800 à 2.100 €/m². Un prix auquel il faut ajouter 20.000 € en cas de présence d’un box. Pour faire de bonnes affaires, le quartier des Musiciens propose des biens avec terrasses et parking à 1.600/1.800 € par mètre carré. Le quartier des Maraichers est également à surveiller.

Pour finir, à Haguenau, les ventes ont augmenté de 20 % en 2018 entrainant une augmentation des prix allant de 2 à 3 %. Dans l’hypercentre, les investisseurs sont rois avec des studios de 35 m² à 60.000 € environ qui se loueront ensuite 330 €/mois hors charges. Hors de ce secteur, mieux vaut se replier vers la gare : les biens anciens s’y échangent à 2.200 €/m² environ et les biens neufs à 3.000/3.500 € par mètre carré.

Immobilier en Lorraine : Nancy et Metz toujours concurrentes

En Lorraine, Nancy est toujours la ville où l’immobilier est le plus cher. Toutefois, les prix y ont peu augmenté en 2018 alors que le chiffre des ventes reste stable. Les meilleures occasions se trouvent du côté de la rue Charles III avec des biens s’échangeant entre 1.800 et 1.900 €/m². Le faubourg des Trois Maisons est également un secteur à surveiller : les biens construits au début du XXe se vendent environ 2.000 €/m². Pour finir, la Porte Désilles, en fin de rénovation, propose encore des biens entre 600 et 1.800 €/m² soit près de 1.000 € de moins que les logements les plus cotés du centre-ville (2.700 €/m² en moyenne).

La concurrente, Metz, manque de biens après une période extrêmement dynamique. Toutefois, en fonction des secteurs et des biens les prix sont fort différents. Les habitations non rénovées des grands ensembles de la ville ont perdu de 2 à 5 % au mètre carré. Les biens s’échangent entre 400 et 500 €/m² à Borny et 1.200 et 1.500 €/m² au Sablon (1.800 €/m² pour un bien rénové dans ce secteur). En revanche, dans l’hypercentre, les logements des années 1930 ont vu leurs prix augmenter de 5 % et s’échangent aujourd’hui entre 2.000 et 2.500 € par mètre carré.

Thionville, au marché en pleine forme, conserve néanmoins des prix stables. Les programmes neufs affichent des biens à 3.000 €/m² et les maisons (quartiers Napoléon-Ier et Lazare-Hoche) s’échangent à environ 600.000 € pour plus de 180 m². Dans cette ville, les appartements non rénovés de l’hypercentre s’échangent à environ 1.500 €/m² et peuvent se revendre une fois rénové à 2.500 €/m².

Forbach, Lunéville et Sarreguemines : des bons plans pour les investisseurs

Si vous voulez investir à Forbach, les bons plans peuvent se trouver en centre-ville avec des appartements anciens à 800 €/m². Mais attention aux charges, il peut être plus intéressant de vous tourner vers des biens plus récents (1990-2000) au prix de 1.600 €/m². Pour les maisons, privilégiez le quartier Creutzberg où les biens s’affichent 10 à 15 % moins cher que dans le quartier recherché de la Petite Forêt.

À Lunéville, vous dépenserez de 800 à 1.900 €/m² selon le secteur. Les prix ont augmenté de 8 % sur l’année. Si vous pouvez espérer décrocher un appartement en centre-ville pour un prix allant de 800 à 1.000 €/m², dans les quartiers chics les maisons du début du siècle s’échangent à un prix débutant à près de 1.700 €/m² pour 130 m². Mieux vaut alors s’excentrer vers le secteur Jolivet où les mêmes biens affichent des prix démarrant à 180.000 € pour 110 m².

Enfin, Sarreguemines vous propose des biens allant de 700 €/m² (dans les immeubles du centre-ville) à 1.500 €/m² pour des logements destinés à la location à des travailleurs étrangers (Allemands principalement). Ces derniers biens se trouvant souvent dans des immeubles récents et proches du centre-ville.

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Certains profils arrivent à décrocher un crédit maison sans apport personnel

Comment décrocher un crédit sans apport personnel ?

Avez-vous le bon profil pour emprunter sans épargne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.