Accueil > Actualités > Les banques assouplissent leurs critères
Les banques jouent la carte de la séduction auprès des jeunes qui veulent acheter un bien immobilier
Les banques jouent la carte de la séduction auprès des jeunes qui veulent acheter un bien immobilier

Les banques assouplissent leurs critères

Malgré des taux d’intérêt toujours très bas, la hausse des prix au mètre carré plombe le pouvoir d’achat immobilier des Français. En ce début d’année, les banques ont donc choisi de réagir en assouplissant les critères d’accès au crédit immobilier. Il est temps d’en profiter !

Prêts : en 2019 les banques s’adaptent pour séduire toujours plus de nouveaux clients

Des taux bas en veux-tu en voilà ! Début janvier le taux moyen des crédits immobiliers sur 20 ans est pratiquement le même qu’il y a un an. Soit 1,60 % brut en moyenne (hors assurance et garantie). Et ce chiffre se rapproche du record de novembre 2016 (1,55 % en taux brut).

Ces taux bas, qui s’expliquent par la stabilité des indices financiers (taux directeur de la Banque centrale européenne toujours à zéro par exemple), permettent aujourd’hui aux banques de proposer des crédits à coûts réduits pour attirer de nouveaux clients.

Mais cette politique commerciale plutôt favorable aux emprunteurs ne s’arrête pas là. En effet, les banques françaises misent particulièrement sur les jeunes ainsi que sur les ménages aisés. La perspective d’une hausse progressive de leurs revenus rend particulièrement séduisants les premiers. Alors que les seconds, souvent dotés de bons revenus et d’un apport personnel élevé, cumulent ces bons points avec une épargne conséquente.

Pour attirer ces emprunteurs, les banques ont donc mis sur pied des crédits sur mesure. Adaptés en matière de barèmes, mais également de taux.

Crédits immobiliers des taux toujours plus bas

Les établissements prêteurs pratiquent aussi de nombreux rabais sur les taux officiels. Ainsi, certains ménages ont pu obtenir des emprunts sur 20 ans, à 1,25 % (contre 1,60 % en moyenne) et même 1,05 % sur 15 ans (contre 1,35 % de moyenne).

Dans ces conditions, mais également parce que le taux brut moyen toutes durées confondues est de 1,43 % soit moins que l’inflation (1,80 % en rythme annuel), emprunter n’a jamais été si intéressant.

Mais, parallèlement, le taux d’usure (qui représente le niveau maximum légal des taux pouvant être accordé et qui est calculé en fonction des taux moyens) a drastiquement chuté. Début janvier, celui-ci est ainsi fixé à 3,01 % pour un prêt sur 20 ans. Ce niveau très bas ferme la porte du crédit aux demandeurs les plus fragiles : seniors, ménages à bas revenus, emprunteurs avec des risques de santé…

Et conséquence connue : moins il y a d’emprunteurs à taux élevés, plus le taux d’usure met du temps à se relever. C’est pourquoi, afin de pallier ce double effet négatif, les banques s’efforcent de faire preuve de souplesse.

Durée et apport personnel : pour les prêts à l’habitat, les conditions s’assouplissent

Un besoin de souplesse qui se doit d’être également face à la montée des prix de l’immobilier. En effet, ceux-ci viennent contrer l’effet positif des taux bas en réduisant le pouvoir d’achat immobilier des Français (entre 9 et 14 m² en moins dans la moitié des 20 plus grandes villes en seulement deux ans). Là encore, les banques se montrent conciliantes en allongeant la durée moyenne des prêts. Près de 40 % des prêts accordés (38,1 %) dépassent aujourd’hui les 25 ans. Avec une prépondérance des primo-accédants dans ces prêts souscrits sur des longues durées et des jeunes emprunteurs (48,9 % des moins de 35 ans ont empruntés sur plus de 25 ans l’année dernière).

Il faut dire que ces prêts longues durées coutent forcément moins chers qu’avant en raison des taux bas. Emprunter plus et payer moins qu’il y a encore quelques années est donc possible !

De la même façon, les banques se montrent également moins à cheval sur l’obligation d’avoir un apport personnel. Dans certains groupes, les prêts sans apport représentent ainsi 15 % des emprunts accordés. Soit 8 points de plus qu’en 2014. Une aubaine pour tous ceux qui veulent conserver leur épargne pour les coups durs !

Obtenir un crédit en janvier 2019 n’aura donc jamais été aussi simple sur le papier. Dans les faits, si vous voulez emprunter, vous avez toujours intérêt à appliquer les recettes qui marchent : comptes en bonne santé, situation professionnelle stable, capacité d’endettement inférieur à 33 %… et pensez à faire jouer la concurrence !

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Sous-louer son logement est possible sous certaines conditions

Sous-louer, est-ce possible ?

Tout ce qu’il faut savoir sur la sous-location

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.