Accueil > Actualités > Immobilier : bilan 2018, prévisions 2019 
Les prix des appartements anciens devraient continuer de progresser en 2019
Les prix des appartements anciens devraient continuer de progresser en 2019

Immobilier : bilan 2018, prévisions 2019 

Alors qu’ils s’attendaient à une année plus calme sur le marché immobilier, les professionnels ont eu le plaisir de constater que 2018 prenait le pas sur 2017 en matière de ventes et de prix. Mais après cette belle année de record, voyons ce que nous réserve l’année 2019 sur le front de l’immobilier ancien.

Dynamisme et hausses pour l’immobilier en 2018

Alors que les prévisions pour 2018 annonçaient un ralentissement, le marché immobilier de l’ancien a connu une hausse de +0,8 % des ventes entre octobre 2017 et septembre 2018. Avec 956.000 transactions, l’année fut donc très dynamique ! D’autant plus que, selon les chiffres de l’année 2018 des avant-contrats signés en septembre, les professionnels ont enregistré juste un peu moins d’un million de transactions.

Certains ont même connu une hausse de leur vente de plus de 3 % sur l’année. Un volume des ventes dopé par des taux d’intérêt très bas en 2018 puisqu’ils ont atteint un niveau moins haut que l’inflation. La perspective d’une remontée de ceux-ci a d’ailleurs également dopé les ventes immobilières.

Les professionnels ont également noté une hausse des prix. Et même si celle-ci fut moindre qu’en 2017, l’année a vu le prix des appartements anciens augmenter de +3,4 % sur 12 mois à fin septembre (chiffres Notaires-Insee). C’est en Île-de-France que cette hausse fut la plus forte avec +4,2 % contre +2,6 % en province. Sur la fin de l’année 2018, et selon la projection des avant-contrats, les notaires ont enregistré un fléchissement de cette hausse et annonce un prix moyen de 2.523 €/m² au 1er janvier 2019 (indice IPI MeilleursAgents-Les Échos).

Immobilier en 2019 : en route pour les 10.000 € du mètre carré à Paris

Toutefois, les prix de l’immobilier n’ont pas connu le même destin partout en France. Aux côtés de Paris, certaines grandes villes de province connues pour leur dynamisme économique, culturel et social ont vu les prix de leur immobilier augmenter fortement. C’est ainsi le cas de Lyon, où les prix des logements ont augmenté de +8 % sur l’année et de +19 % en cinq ans. La capitale des Gaules dépasse maintenant Bordeaux où les prix de l’immobilier ont perdu -0,7 % fin 2018. Sur le front de la hausse des prix, Toulouse avec +6,3 %, Nantes avec +5,8 % et Rennes avec +5,4 % suivent maintenant Lyon. Vient ensuite Strasbourg avec une hausse de +3,8 % des prix des logements, puis Marseille où le prix moyen s’inscrit sous les 3.000 €/m², mais a gagné +3,3 % en un an.

Paris, avec un prix moyen au mètre carré de 9.418 € en ce début d’année 2019 arrive évidemment toujours en tête. Les prix ont encore gagné +6 % en un an et les professionnels prévoient qu’ils atteindront 10.000 €/m² à l’été 2019. En Île-de-France aussi, les prix ont battu des records. Le mètre carré devrait s’y échanger, selon la projection des professionnels, à 6.050 € en moyenne au mois de février 2019.

Le retour des investisseurs immobiliers cette année

Autre bonne nouvelle pour les professionnels de l’immobilier : les investisseurs ont fait leur retour sur le marché. Représentant aujourd’hui, plus d’un acheteur sur cinq dans les officines, ils sont présents sur tout le territoire. Néanmoins, c’est à Paris et dans les grandes villes (ou leur périphérie) de province qu’ils achètent le plus. Les ménages qui se lancent dans l’investissement recherchent en effet essentiellement un complément de revenus et surtout de retraites, et ils y trouvent là un marché locatif dynamique. Sur ce marché, ils côtoient des investisseurs plus aguerris qui veulent se préserver de la volatilité boursière actuelle et des effets délétères du Brexit en investissant dans la pierre.

À leurs côtés, les primo-accédants, bien que profitant des taux d’intérêt bas, n’ont pas les mêmes capacités d’investissement. Mais tous privilégient et recherchent des biens similaires : de petites surfaces (studios, deux pièces) en appartement ou maison individuelle.

Toutes ces bonnes tendances devraient se poursuivre en 2019. D’autant plus si les particuliers continuent de bénéficier de très belles conditions d’emprunt. Toutefois, une remontée des taux, tout comme la poursuite du mouvement des gilets jaunes et la mise en place du prélèvement à la source pourraient faire de l’année qui vient, une année de dégradation sur le front du marché immobilier…

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Acheter une maison aux enchères permet de profiter d’un prix attractif

La vente aux enchères immobilières

Les enchères, un moyen d’acquérir une habitation à un bon prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.