Accueil > Actualités > Le taux d’usure menace-t-il l’immobilier ?
Les secundo-accédants pourraient avoir plus de difficulté à emprunter pour acquérir un nouveau logement
Les secundo-accédants pourraient avoir plus de difficulté à emprunter pour acquérir un nouveau logement

Le taux d’usure menace-t-il l’immobilier ?

Correspondant au taux maximum que peuvent accorder les établissements bancaires aux emprunteurs, le taux d’usure doit, en principe, protéger ces derniers des abus. Toutefois, son système de calcul pour trois mois peut rapidement devenir un frein à l’accession pour une partie de la population.

Crédit immobilier : des taux d’usure fixés pour trois mois

Avec la légère reprise des taux d’intérêt en cette fin d’année 2018 émerge un sujet d’inquiétude chez les professionnels du crédit immobilier. En effet, les taux d’usure pourraient « pénaliser le marché immobilier en 2019 » si l’on en croit les dernières déclarations du directeur de vousfinancer.com. Ces taux, différents selon le type de crédit, sont en effet fixés par la banque de France chaque trimestre pour le trimestre suivant.

Depuis 2 ans, les taux d’usure n’ont cessé de baisser. Une tendance normale puisqu’ils suivent généralement la courbe des taux d’intérêt. Même si, comme dans les derniers mois, les taux d’usure peuvent diminuer plus que ces derniers. Ainsi, le taux d’usure a perdu 0,50 % entre le début de l’année 2017 et ce dernier trimestre 2018 pour un crédit d’une durée allant de 10 ans à moins de 20 ans (de 3,35 % à 2,85 %). Et 0,30 % pour les prêts supérieurs à 20 ans (de 3,37 % à 3,08 %). Dans le même temps, les taux moyens nominaux de crédit ont, eux, conservé une certaine stabilité.

Baisse des taux d’usure : un frein possible à l’achat immobilier

Ce niveau très bas des taux d’usure risque de poser problème si les taux d’intérêt continuent de remonter dans les semaines à venir. Une menace bien réelle en regard des prévisions pour 2019. Si les taux d’emprunt d’État ou les taux de refinancement augmentent, les taux d’intérêt suivront le même chemin. Mais contrairement aux taux d’usure qui sont fixés pour 3 mois, ceux-ci bougeront aussitôt entrainant ainsi l’impossibilité pour certains emprunteurs d’obtenir le Graal.

Ce serait sans doute le cas pour les secundo-accédants. Leurs demandes de crédit immobilier donnant lieu à l’application d’un taux plus élevé en raison de la somme empruntée, alors qu’ils n’ont pas encore vendu le premier bien. De même, les personnes de santé fragile ainsi que les seniors, qui paient une assurance décès invalidité souvent plus importante que les autres emprunteurs.

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Les ménages qui sont en CDI obtiennent plus facilement un financement immobilier

Peut-on faire un emprunt immobilier avec un CDD ?

Comment décrocher un financement immobilier malgré un contrat à durée déterminée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.