Accueil > Villes > Lyon > La hausse des prix de l’immobilier à Lyon
Acheter un logement à Lyon coûte de plus en plus cher
Acheter un logement à Lyon coûte de plus en plus cher

La hausse des prix de l’immobilier à Lyon

A Lyon, le marché de l’immobilier est en surchauffe. L’offre immobilière n’arrive pas à compenser la demande et les prix, inexorablement, continuent de grimper. Et la tendance n’est pas prête à s’inverser. Pour Hervé Simon, président de la Fondation des promoteurs immobiliers dans le Rhône (FPI) la rareté du foncier explique en partie la situation mais pas seulement.

A Lyon, les prix de l’immobilier neuf atteignent des niveaux record

Acheter un bien immobilier coûte de plus en plus cher dans la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Pour devenir propriétaire d’un logement neuf à Lyon, les ménages doivent avoir les reins solides. Le prix du mètre carré dépasse en effet les 5.500 euros dans six des neuf arrondissements que compte la ville. En un an, la hausse dépasse les 4.300 euros. Cette augmentation devrait se poursuivre encore pendant plusieurs mois selon l’avis de nombreux experts. Selon eux il ne faut pas espérer un fléchissement de la tendance avant 18, voire même 24 mois dans l’ancienne capitale des Gaules. D’une part parce que les demandes de permis de construire sont délivrées au compte-goutte. D’autre part parce que la demande est très soutenue et que la rareté des terrains à bâtir fait mécaniquement augmenter les tarifs. Les promoteurs achètent en effet au prix fort les terrains disponibles et sont contraints de reporter le surcoût au moment de la vente, au détriment des acheteurs.

Les prix immobiliers grimpent en périphérie de Lyon

La flambée des prix de l’immobilier lyonnais ne se contente pas d’affecter les arrondissements centraux. Faute de pouvoir trouver leur bonheur, les acquéreurs se tournent vers les communes situées en périphérie de Lyon qui voient elles aussi par effet de ricochet leurs prix s’envoler. A Villeurbanne, la cote des logements ne cesse de progresser. Sur un an, le mètre carré a bondi de plus de 5% et il faut compter environ 195.000 euros pour devenir propriétaire d’un logement dans cette commune limitrophe de Lyon selon le baromètre SeLoger. A Vaulx-en-Velin, à l’est de Lyon et à Vénissieux au sud, les prix augmentent également.

L’immobilier ancien lyonnais enregistre lui aussi une hausse de ses prix

L’immobilier ancien n’échappe pas à la tendance. Selon les chiffres publiés par la Chambre des notaires du Rhône, les prix ont enregistré un bond annuel de 8.1% et le mètre carré s’échange à 3.700 euros. Le baromètre SeLoger fixe la barre encore plus haute. Selon le site, la hausse sur un an atteint les 13.6% et les biens immobiliers dans l’ancien se vendent autour des 4.616 euros le mètre carré avec les écarts d’un secteur à l’autre. Dans les quartiers prisés des Cordeliers et de Bellecour par exemple les acheteurs doivent disposer d’une enveloppe plus conséquente, de 6.200 euros par mètre carré environ, et ne pas trop compter sur un rabais. Face à la demande, les vendeurs concèdent en effet peu de remise sur le prix de vente. Les marges de négociation sont par conséquent très faibles, rendant de plus en plus difficile l’accès à la propriété.

Publié par

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Acheter un appartement coûte de plus en plus cher dans la cité libérée par Jeanne d’Arc

Les prix de l’immobilier à Orléans

En un an, les prix des appartements anciens ont bondi de plus de 8% dans la préfecture du Loiret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.