Accueil > Villes > Besançon > L’immobilier à Besançon
A Besançon, les prix des logements reculent dans l’ancien
A Besançon, les prix des logements reculent dans l’ancien

L’immobilier à Besançon

Immobilier : les atouts de Besançon

Préfecture du département du Doubs et siège de la région Bourgogne-Franche-Comté, Besançon est une ville agréable située à une soixantaine de kilomètres de la Suisse et à 2h de Paris et de Lyon en TVG. Offrant de nombreux espaces verts, celle que l’on nomme la première ville verte de France possède également un riche patrimoine historique et culturel ainsi qu’une architecte unique. La commune a d’ailleurs décroché en 1986 le label de Ville d’Art et d’Histoire et ses fortifications de Vauban sont classées depuis 2008 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.
La ville est bien dotée en logements et le stock s’enrichit régulièrement grâce à de nombreux projets de construction. Dans le centre historique, Besançon a su conserver son urbanisme typique et bien harmonisé.

Acheter un bien immobilier dans le Doubs : quel est le prix du mètre carré à Besançon ?

Côté prix, si le marché immobilier bisontin reste sain, la tendance est à la baisse. Selon le dernier baromètre publié par MeilleursAgents.com, les prix des logements à Besançon, maisons et appartements confondus, ont baissé de 2% entre juillet 2017 et juillet 2018.

Le prix du mètre carré des appartements dans l’ancien oscille entre 1.308 et 2.616 euros environ. Il varie selon l’emplacement, l’état du bien mais aussi d’autres éléments comme les résultats du DPE. Situé dans un méandre du Doubs, le quartier touristique de la Boucle figure parmi les plus chers de la ville. Les quartiers Chaprais et Saint-Claude sont particulièrement appréciés des classes moyennes. Les ménages au budget plus serré concentrent pour leur part leurs recherches vers des quartiers plus abordables comme celui de Planoise qui affiche les prix les plus doux de la ville.

Le prix des maisons se situe dans une fourchette allant de 1.436 à 2.872 euros le mètre carré soit une moyenne de 1.915 euros le mètre carré en moyenne. Lui aussi varie selon différents critères.

Logement : plus de 4000 logements vides dans le centre de Besançon

En dépit d’un patrimoine architectural remarquable, l’immobilier ancien est en peine à Besançon. Selon la carte publiée par les services de l’INSEE, le nombre de logements vacants est relativement important dans la préfecture du Doubs. L’agglomération du Grand Besançon enregistre en effet un taux de vacances, c’est-à-dire un nombre de logements vides de 6%. C’est toutefois moins qu’à Dijon, la préfecture de la Côte d’Or, qui affiche un taux de vacances de 7%, et que la moyenne régionale calculée à 10%.
Entre 2010 et 2015 le taux de vacances a bondi de 40% à Besançon selon l’INSEE. En cause ? Le déménagement dans de nouveaux locaux de la faculté de médecine et de pharmacie. Historiquement implantée dans le centre-ville de Besançon, la faculté se trouve depuis 2011 dans le secteur des Hauts-de-Chauzal à quelques pas du centre hospitalier régional universitaire Jean Minjoz. Cette migration a poussé de nombreux étudiants à quitter leur location dans le centre pour s’installer dans le quartier Planoise, moins cher et proche de la nouvelle fac. En cause également le transfert en 2012 de l’hôpital Saint Jacques, lui aussi initialement situé dans le centre-ville, vers le même hôpital Jean Minjoz. Ces deux déménagements ont vidé de leurs habitants de nombreux logements anciens situés dans le cœur de Besançon.

A Besançon, les locataires fuient les logements vieillissants de l’hyper-centre

Autre facteur à prendre en compte, l’arrivée de nouveaux logements en loi de défiscalisation. Flambants neufs, ces logements attirent les locataires qui les préfèrent souvent aux appartements vieillissants et mal isolés de l’hypercentre. Les propriétaires de biens locatifs situés dans le centre sont donc souvent contraints de rénover leur bien s’ils souhaitent arriver à le louer. Sans compter que l’offre immobilière va encore s’étoffer à Besançon, avec entre autre la construction de près de 800 logements neufs dans le nouveau quartier Vauban.
Quant aux particuliers qui souhaitent vendre, ils doivent s’assurer d’être au prix du marché, et si besoin ajuster leur prétention, s’ils veulent trouver un acquéreur.

Publié par

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Acheter un appartement coûte de plus en plus cher dans la cité libérée par Jeanne d’Arc

Les prix de l’immobilier à Orléans

En un an, les prix des appartements anciens ont bondi de plus de 8% dans la préfecture du Loiret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.