Accueil > Actualités > L’immobilier dans les principales villes d’Occitanie
A Toulouse, la préfecture d’Occitanie, les prix des logements sont en hausse
A Toulouse, la préfecture d’Occitanie, les prix des logements sont en hausse

L’immobilier dans les principales villes d’Occitanie

En région Occitanie, le nombre de transactions immobilières est en constante augmentation. Pour autant, pas de souci : dans la plupart des secteurs de cette région qui comptent 13 départements (Ariège, Aude, Aveyron, Gard, Haute-Garonne, Gers, Hérault, Lot, Lozère, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne), les acquéreurs peuvent encore faire de très belles affaires.

Immobilier : Préfecture de l’Occitanie, Toulouse dorlote les primo-accédants

Envie d’acheter un bien immobilier à Toulouse ? Dans la ville rose, les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de 4 % et les appartements situés dans le centre-ville de la préfecture d’Occitanie sont de plus en plus hors d’atteinte pour de nombreux acheteurs. Ceux qui recherchent avant tout le charme de l’ancien doivent dorénavant se tourner vers des quartiers tels que Saint-Michel, où les prix des logements s’étalent entre 3.000 et 3.200 €/m², ou alors Rangueil ou Saint-Anne où les appartements anciens se négocient à partir de 2.700 €/m².

Toutefois, le quartier des Minimes recèle de belles occasions. Tout d’abord pour les primo-accédants qui peuvent s’offrir un bien immobilier neuf sur plan pour environ 2.500 à 3.000 €/m² soit 20 à 30 % moins cher. Les biens anciens s’y négociant au même prix si l’acheteur choisit de rester au bord du canal du Midi.

Hors centre-ville, les prix en 1re couronne augmentent également (+2 %) et les appartements anciens s’échangent à 2.500-2.800 €/m².

Achat immobilier en Occitanie : Carcassonne et Albi attirent les investisseurs immobiliers

Avec des prix immobiliers allant de 800 à 1.600 €/m², les biens de rapport cartonnent à Carcassonne, remarquable cité médiévale de la région Occitanie. En particulier dans les quartiers résidentiels où les investisseurs s’offrent plutôt de petits immeubles avec des logements également de petite taille et avec des rendements de 8 à 10 % : studio ou deux-pièces. Du côté des prix, pas de changement cette année, il faut compter entre 1.200 et 1.400 €/m² pour une maison dans les environs de Carcassonne et 900 €/m² pour les appartements anciens du centre.

Albi, qui a connu un très bel engouement en 2017 (+10 % de transactions) est également très attractive pour les investissements. Aujourd’hui, en centre-ville, un immeuble de rapport à rénover promet une rentabilité minimum de 5 %. Et celle-ci augmente à 8 % du côté de La Madeleine, prisée des touristes et des nouveaux arrivants, mais délaissée par les autres. Toutefois, les investisseurs n’ont pas suffi pour maintenir la progression des ventes immobilières : ces dernières ont reculé en 2018.

Immobilier en Occitanie : Montpellier, Montauban, Béziers et Narbonne ont la cote

Et les prix s’en ressentent ! À Montpellier, préfecture de l’Hérault, après une augmentation de 10 % des ventes en 2017 et au premier trimestre de 2018, les prix des habitations se montent à 2.200 €/m² dans l’ancien, mais peuvent atteindre 4.500 €/m² du côté du Jeu de Paume. Le centre historique attire les investisseurs et les biens immobiliers s’y échangent entre 2.800 et 3.300 €/m².

À Montauban les prix des biens immobiliers anciens ont pris 3 à 4 % depuis un an, mais le mètre carré à rénover est toujours intéressant : entre 800 et 2000 €/m² et avec certains biens avec cachet à moins de 1 200 €/m² travaux compris dans le quartier de la Bastide.

À Béziers, les prix des logements ont suivi la hausse des ventes (+5 % en 2017) et ont légèrement augmenté. Dans le secteur du centre-ville historique, les biens s’échangent entre 800 et 2.200 €/m². En moyenne, les acheteurs doivent dépenser 1.000 €/m² pour acquérir un bien ancien dans cette ville de la région Occitanie.

Narbonne a, elle aussi, connu une hausse des ventes immobilières et une augmentation des prix de 2 %. Dans la cité historique, les villas, même les plus chics, séduisent les acheteurs.

Nîmes, Tarbes et Perpignan : des prix immobiliers stables et de bonnes affaires en Occitanie

À Nîmes, le marché immobilier, après avoir connu une hausse des ventes de 10 % en 2017, s’est légèrement effondré en début 2018 avant une reprise en mars. Les prix, stables, ne dépassent pas les 300.000 € et les appartements du cœur historique, près des arènes, s’échangent entre 1.800 et 2.000 euros voire parfois 2.400 €/m². Mais dans certains secteurs, comme dans le quartier Gambetta (entre 800 et 1.500 €/m²) de belles plus-values sont sans doute à venir.

À Tarbes, le marché immobilier se maintient, mais sans folie, et les prix ne bougent pas. Il est même possible de trouver des biens immobiliers des années 60-70 à rénover à 500 €/m² (1.000 €/m² sans travaux).

Pour finir, à Perpignan les professionnels notent un léger retour des acheteurs depuis ce printemps et si dans les quartiers chics les villas se vendent toujours vite et bien il est possible de trouver des appartements autour de 1.000 €/m² dans le quartier Moulin à Vent.

Publié par

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Acheter une maison aux enchères permet de profiter d’un prix attractif

La vente aux enchères immobilières

Les enchères, un moyen d’acquérir une habitation à un bon prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.