Accueil > Actualités > L’immobilier au 1er semestre 2018 
Hormis dans certaines grandes villes, les prix des appartements évoluent à la baisse
Hormis dans certaines grandes villes, les prix des appartements évoluent à la baisse

L’immobilier au 1er semestre 2018 

Alors que la hausse des prix des logements ralentit progressivement et que les prix des biens diminuent dans plus de la moitié des grandes villes françaises, l’immobilier reste moins cher qu’il y a un an.

Prix de l’immobilier : quelle tendance pour le premier semestre 2018 ?

A mi-parcours de l’année 2018, quel bilan tirer de l’évolution des prix sur le marché immobilier ? Quelles sont les perspectives pour la suite ? Les données publiées par le Baromètre LPI-Se Loger montrent que si la hausse des prix immobiliers persiste dans certaines grandes villes, dans d’autres, la tendance est inversée.

Les prix immobiliers évoluent à la baisse

Les prix de l’immobilier sont en baisse dans près de la moitié des villes de plus de 100.000 habitants, selon le dernier Baromètre LPI-SeLoger. Ce recul des prix est particulièrement constaté dans les villes où l’immobilier coûte le moins cher (moins de 1.700 euros le mètre carré). Cette tendance baissière s’explique notamment par la baisse de la demande émanant des ménages, la suppression des aides personnelles et la détérioration du prêt à taux zéro (PTZ).
En revanche, dans certaines grandes villes comme Paris, Lyon ou encore Bordeaux, la demande soutenue maintient les prix immobiliers à un niveau élevé. L’augmentation des prix dans ces villes se reporte inévitablement sur les communes avoisinantes.

Les marges de négociation reculent sur le marché des appartements

Si elles restent élevées sur le marché des maisons, les marges de négociation diminuent sur le marché des appartements. Elles s’établissent en moyenne à 4 % : 3,1 % pour les appartements et 5 % pour les maisons. La marge de négociation dépasse par exemple 5 % en Champagne-Ardenne alors qu’elle fait profil bas en Île-de-France et dans la région Rhône-Alpes. Les vendeurs ont ainsi dû réviser leurs ambitions pour ne pas perdre leurs acheteurs.

La hausse des prix immobiliers ralentit dans l’ancien

Le ralentissement de l’augmentation des prix immobiliers se poursuit dans l’ancien. Après avoir enregistré une hausse annuelle de 4,6 % l’été dernier, le marché immobilier affiche une progression moindre, de 4 %. Cette perte de vitesse est principalement liée à la hausse brutale des prix. Le prix au mètre carré dans l’ancien en France s’établit à 3.640 euros, selon le Baromètre LPI-SeLoger.
Même si les conditions de crédit restent avantageuses, le surcoût n’a pas été totalement compensé par la demande. D’ailleurs, sur le marché des maisons où la demande se maintient, la tendance haussière prévaut.

Marché immobilier : quelles perspectives pour les prochains mois ?

Pour le prochain semestre, les mouvements de recul actuels pourraient s’atténuer. Le deuxième semestre devrait être plus calme que le premier. Michel Mouillart, professeur d’économie et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, précise qu’une attention particulière doit être accordée aux conditions d’octroi de crédit. Selon lui, la hausse des prix immobiliers devrait se poursuivre. Malgré le recul de l’activité sur le marché, l’année 2018 sera un bon cru. En 2019, la prudence devra néanmoins être de mise. En effet, si les conditions d’octroi de crédit venaient à se dégrader, le recul de l’activité se poursuivrait cette même année.

Publié par l’équipe éditoriale de

A propos L’immobilier 100% entre Particuliers

L'équipe éditoriale de l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Dans certaines villes moyennes comme Nîmes, la taxe foncière pèse lourd sur le budget des propriétaires

Anticiper le coût de la taxe foncière

A la recherche d’un bien à acquérir ? Pensez à budgétiser la taxe foncière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.