Accueil > Actualités > L’acquisition d’un bien immobilier
Les couples sont nombreux à souhaiter acheter une maison
Les couples sont nombreux à souhaiter acheter une maison

L’acquisition d’un bien immobilier

Le chemin est parfois long de la location à la propriété. Entre la décision d’acheter un logement, la définition des critères de choix, la recherche du bien immobilier, les concessions à faire… c’est ce parcours d’acquisition immobilière que retrace la dernière enquête du Crédit Foncier.

Achat immobilier : tout d’abord vient l’envie de devenir propriétaire

Réalisée auprès de 5.000 ménages en cours d’acquisition, l’enquête du Crédit Foncier révèle les raisons qui poussent les Français à devenir propriétaires. Outre l’envie d’un « chez-soi », les ménages veulent non seulement changer d’environnement, mais également souvent obtenir plus d’espace de vie ou simplement cesser de payer des loyers sans rien posséder en retour.

Pour tout cela, les ménages rêvent, en grande majorité (73 %) à l’acquisition d’une maison. Et ils sont encore plus nombreux à faire ce rêve dans le nord du pays : 85 % des habitants du Nord-Est et du Nord-Ouest concentrent leur recherche sur les maisons. Les habitants de petites villes sont également plus enclins à rêver d’une maison que d’un appartement : ils sont 88 % dans les communes de moins de 5.000 habitants contre 36 % pour ceux qui résident dans les métropoles de plus de 100.000 habitants.
Ces derniers par contre, rêvent à 59 % à l’achat d’un appartement. Il faut dire qu’avec le prix du mètre carré dans les grandes villes et la rareté des biens, la raison l’emporte souvent. Sur l’ensemble du territoire, les appartements n’ont la préférence que de 27 % des acheteurs. Même en première couronne, les maisons individuelles sont préférées à 68 %.

À noter : actuellement en France, on compte 44 % d’appartements contre 56 % de maisons (Insee février 2018).

En second, la définition des critères du bien immobilier à acquérir

Une fois le type de logement retenu, les ménages axent leur recherche selon des critères bien précis :

  • L’emplacement géographique à 70 %
  • La superficie à 70 % également
  • Le nombre de pièces à 67 %

Toutefois, dans les régions où existent des contraintes de transport (Île-de-France par exemple) les futurs acheteurs cherchent aussi en fonction des écoles et des transports. Et dans le sud, l’exposition du logement entre en ligne de compte !

Puis le temps de la recherche du logement idéal

Alors qu’il n’est que de 4 mois en moyenne dans les grandes agglomérations, le temps de recherche s’allonge à 4,5 mois en moyenne sur la France entière. Et les ménages cherchant hors agglomération visitent plus de biens que les autres. C’est sur internet que les Français cherchent en priorité leur future acquisition immobilière : ils sont 79 % à recourir à la toile à Paris et en petite couronne et 64 % en moyenne en France. Et le premier usage du Net est la recherche pure, suivie de l’étude des financements et l’évaluation du marché.

Alors qu’ils n’étaient que 53 % à avoir réalisé leur rêve de propriété en moins de 12 mois en 2014, aujourd’hui 65 % des ménages ont acheté en moins d’un an (71 % en 2017). Et c’est en Île-de-France qu’ils sont les plus nombreux à avoir trouvé logement à leur goût lors de leur première année de recherche, à 68 %.

À noter : alors qu’ils étaient 19 % à avoir abandonné leur recherche lors de la première année en 2014, ils ne sont plus que 8 % à s’être découragé ou à avoir changé d’avis durant l’année.

Et pour finir les étapes qui jalonnent le parcours d’acquisition des Français : le moment des concessions

Ce sont les jeunes ménages qui trouvent le plus facilement durant la première année : les moins de 30 ans sont 74 % à avoir déniché le Graal en moins de 12 mois contre 58 % pour les plus de 60 ans. Mais pour toutes les générations, il est parfois nécessaire de faire des concessions (à 42 %). En particulier sur :

  • La taille du logement : plus petit pour 28 % des acheteurs
  • La situation géographique : 22 % ont dû s’éloigner du secteur voulu
  • La surface du terrain ou du jardin : 19 %
  • Le parking : 19 %
  • L’absence de travaux : 19 %
  • L’exposition : 11 %

C’est en région parisienne que les ménages sont le plus disposés à faire de grosses concessions : 52 % contre seulement 42 % à l’échelle nationale.

Pour finir, alors qu’ils veulent dépenser environ 169.000 € à leur acquisition, 18 % ont dépassé ce budget. Soit un ménage sur cinq. En moyenne, ils ont dépensé 13 % de plus que prévu avec une prépondérance de « hors budget » en région parisienne. A contrario, 49 % des acheteurs ont obtenu un rabais sur leur bien !

À noter : en France, la négociation permet de faire baisser en moyenne de 6 % le prix de départ.

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Si la surface des combles est importante, un permis de construire peut être nécessaire

Aménager des combles

Les démarches à suivre pour exploiter les surfaces sous les toits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.