Accueil > Actualités > Immobilier : les passoires énergétiques
Les logements affichant un DPE classé E consomment en moyenne 1450 euros par an en énergie
Les logements affichant un DPE classé E consomment en moyenne 1450 euros par an en énergie

Immobilier : les passoires énergétiques

À l’heure des économies d’énergie et de recherche de pouvoir d’achat chez les Français, une nouvelle étude révèle que leurs logements sont toujours très énergivores.

Logements anciens en France : le DPE n’a rien réglé

Vieillissant et cher en énergie : tels sont les caractéristiques principales du parc immobilier français. Aujourd’hui, 66 % sont des logements français sont des logements anciens. Et la presque totalité de ceux-ci (83 %) est considérée comme trop gourmande en énergie malgré la mise en place du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) qui aurait dû inciter les Français à faire les travaux d’isolation et de rénovation nécessaires avant ou après l’achat. En général, les acheteurs ne tiennent que peu compte de ce diagnostic qui classe les logements de A (très peu énergivore) à G (très énergivore). Pourtant leur budget énergie découle en grande partie de l’état de leur logement : pour un logement classé D ou E (40 et 30 % du parc immobilier) les ménages dépenseront en moyenne 13,6 € par an et par mètre carré en énergie soit une moyenne de 1450 €/an. Et cette facture s’élève fortement dans les 13 % de logements qui sont classés F ou G, les biens nommés passoires énergétiques ou thermiques.

À noter que les logements labellisés A ou B ne représentent que 4 % du parc immobilier français. Et que des vitrages simples entrainent une surconsommation de 36 % d’énergie.

Logement énergivore : la facture énergétique monte avec l’âge du bien immobilier

Par âge, ce sont les logements datant d’avant 1970 qui sont les plus énergivores : 15 € par mètre carré et par an en moyenne. En revanche, si vous habitez un logement construit entre 1970 et l’an 2 000, vous ne dépenserez « que » 13 € par mètre carré et par an pour votre énergie, soit 2 € de moins. La facture baisse encore plus pour les logements érigés entre 2000 et 2010 avec un budget moyen de 11 € par mètre carré et par an. Et bien entendu, chanceux sont les locataires ou les propriétaires d’un bien datant d’après 2011 puisqu’ils ne dépensent que 2 à 6 € par mètre carré et par an en énergie !

Plus écologiques, les logements d’aujourd’hui sont donc également des sources d’économies pour les ménages.

Immobilier : préférez les étages pour faire des économies d’énergie !

Pour finir, l’emplacement, géographique, mais également dans l’immeuble et par rapport à l’orientation, joue également un grand rôle dans la consommation énergétique d’un logement. Ainsi, si vous vivez du côté de Besançon, votre budget énergie sera presque deux plus élevés que si vous résidez à Perpignan (12,30 €/an/m² contre 7,77 €/an/m² en moyenne). Et dans la cité bisontine, comme ailleurs, vous avez tout intérêt à choisir une exposition plein sud pour votre logement (11,47 €/an/m² en moyenne sur toute la France) plutôt qu’une exposition au nord (13,07 €/an/m² soit 13 % de plus sur le budget énergie).

Mais peu importe le lieu, peu importe l’exposition, les appartements situés en hauteur sont toujours moins énergivores que les rez-de-chaussée. La différence s’élève à 23 % entre un logement du rez-de-chaussée et un 3e étage. Pire, elle monte à 46 % pour un bien situé au 10e étage : les factures d’énergie sont donc presque multipliées par deux lorsque l’on préfère un rez-de-chaussée à un 10e étage. De quoi songer à combattre le vertige !

Publié par

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Acheter une maison aux enchères permet de profiter d’un prix attractif

La vente aux enchères immobilières

Les enchères, un moyen d’acquérir une habitation à un bon prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.