Accueil > Villes > Lyon > Les prix de l’immobilier à Lyon
Les prix des logements à Lyon sont en forte hausse
Les prix des logements à Lyon sont en forte hausse

Les prix de l’immobilier à Lyon

De plus en plus attirante, la ville de Lyon, préfecture du département du Rhône, subit depuis 12 mois une hausse des prix de son immobilier. Rien de comparable à celle constatée dans la ville de Bordeaux, mais la capitale des Gaules arrive sur la deuxième place du podium, juste derrière la belle Girondine dans le classement des villes de plus de 10.000 habitants en matière de hausse des prix au mètre carré.

Immobilier à Lyon : plus de 22 % de hausse des prix des logements dans le 1er arrondissement

Avec une augmentation des prix de +9 % en un an, l’immobilier lyonnais a connu l’année dernière la deuxième hausse la plus forte de France (derrière Bordeaux et ses +16,4 %). Et c’est dans le 1er arrondissement que les prix au mètre carré ont le plus augmenté avec une hausse de +22 % dans les secteurs des Chartreux, de Saint-Vincent, de Terreaux et des pentes de la Croix Rousse. Bien derrière, mais tout de même sur une pente fortement ascendante, les 2e (secteurs Cordeliers, Perrache, Bellecour) avec +10,4 %, 5e (Fourvière, Vieux Lyon) avec +9,5 % et 7e (Gerland, Jean-Macé) avec +14,7 %. En réalité, sur la ville entière, la seule baisse des prix est constatée dans le 4e arrondissement avec -0,8 % au mètre carré.

Un marché immobilier lyonnais de moins en moins abordable

Aujourd’hui, alors que le prix moyen d’un appartement ancien est de 3.540 €/m² en France, si vous voulez devenir propriétaire à Lyon, il vous faudra dépenser en moyenne 4.475 €/m² et même beaucoup plus dans le 6e arrondissement. Secteur le plus cher de la ville, cet arrondissement accueille les quartiers de la Cité Internationale, de Bellecombe et des Brotteaux. Pour y acquérir un appartement ancien, vous devrez verser environ 5.583 € par mètre carré sur la rue Tronchet, l’avenue Thier ou encore le cours Vuitton. Dans le même ordre de prix, quoique très légèrement plus abordable, le 2e arrondissement avec un prix moyen de 5.464 €/m² ou encore le 1er avec une moyenne de 5.107 €/m². Pour les ménages cherchant moins cher, les 8e et 9e sont encore dans une fourchette de prix accessible. Mais peut-être plus pour longtemps, ces deux secteurs ayant déjà subi des hausses de prix respectives de 8,3 % et 8,1 %.

Du côté de la marge de négociation, les acheteurs lyonnais sont, là encore, moins bien lotis que le reste de la France. En effet, si la marge moyenne s’élève à 3,8 % sur le territoire national, à Lyon, les acquéreurs ne peuvent espérer faire baisser le prix que de 2,7 % en moyenne.

Publié par

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

A Paris, les biens de luxe se vendent rapidement

L’immobilier de prestige parisien

Le marché de l’immobilier haut-de-gamme parisien confirme son dynamisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.