Home > Actualités > Immobilier : bilan du 1er trimestre 2018
Le marché du logement se rééquilibre
Le marché du logement se rééquilibre

Immobilier : bilan du 1er trimestre 2018

Les prix immobiliers affichent une hausse de 1% au premier trimestre 2018 malgré des taux d’intérêt relativement bas

Le réseau Guy Hoquet dévoile son bilan du marché du logement au 1er trimestre 2018. Résultat : les volumes sont en baisse (-4,5 % à l’échelle nationale, -2 % à Paris et -6 % en Province) alors que les prix continuent d’augmenter. Si 2017 fut l’année de tous les records, 2018 semble toutefois annoncer un retour à la normal.

Vers un rééquilibre du marché immobilier au 1er trimestre 2018

Le bilan du réseau Guy Hoquet montre que si le marché immobilier se porte bien, avec des volumes en hausse de 2,3 % au niveau national sur un an, le 1er trimestre 2018 enregistre une baisse contenue des volumes annonçant un probable retour à la normale. On remarque effectivement un repli des ventes de 4,5 % en moyenne sur toute la France, atteignant -2 % sur le marché parisien et -6 % en province.
Un deuxième indicateur laisse penser que le marché immobilier est en plein rééquilibrage, il s’agit des prix. Si la capitale fait toujours figure d’exception avec une hausse de plus de 5 % sur le premier trimestre, la tendance dans les autres villes françaises est plutôt à la décélération dans la hausse. Les agences Guy Hoquet précisent que les prix au mètre carré sur le reste de la France ont augmenté dans des proportions moindres sur la période allant du 1er janvier au 31 mars 2018. D’importantes disparités subsistent cependant au sein des cœurs de ville particulièrement prisés par les investisseurs. La hausse des prix des logements est principalement liée au fait que les acheteurs négocient moins, craignant une soudaine remontée des taux d’intérêt.

Une baisse du pouvoir d’achat immobilier des ménages en début d’année 2018

Les taux des crédits attractifs ne compensent plus la forte augmentation des prix des biens immobiliers. En effet, les parisiens ont perdu un mètre carré sur trois mois et trois mètres carrés sur un an en raison de la hausse des prix. En Province, deux mètres carrés ont été perdus durant le 1er trimestre 2018. Les villes de moins de 20.000 habitants profitent quant à elles d’un marché favorable offrant un important pouvoir d’achat immobilier aux ménages. Dans ces villes, la surface moyenne est de 105 mètres carrés pour 184.000 euros environ.

Une baisse des loyers généralisée

Le marché de la location se porte bien en ce début d’année puisque le réseau souligne que la tendance est à la baisse. Le loyer moyen des Français est de 708 euros pour 58 mètres carrés à l’échelle nationale, en baisse de 2,5 % sur trois mois. A Paris, les loyers ont baissé de 2 % au 1er trimestre 2018 alors qu’ils ont chuté de 5 % dans les villes de moins de 20.000 habitants.
Si le repli sur le marché immobilier semble correspondre à un retour à la normal, les professionnels du secteur précisent que des précautions sont à prendre pour ne pas créer de blocage ou renverser l’activité immobilière.

Publié par

About Sarah Leon

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Check Also

A Paris, les locations saisonnières sont réglementées

La location saisonnière à Paris

Les nouvelles règles pour louer à Paris en toute légalité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.