Accueil > Actualités > Hausse pour la taxe sur les cabanes
Taxe sur les cabanes de jardin
Taxe sur les cabanes de jardin

Hausse pour la taxe sur les cabanes

La taxe « cabane de jardin », un impôt datant de 2012

Si la promesse d’abrogation de la taxe d’habitation du candidat Macron semble être en phase de réalisation, d’autres impôts locaux continuent à faire l’unanimité… contre eux. Ainsi en est-il de la taxe « cabane de jardin ». Créé en 2012, cet impôt frappe « toutes les opérations d’aménagement, de construction, de reconstruction et d’agrandissement de bâtiments » à partir du moment où ces opérations nécessitent une autorisation d’urbanisme.

Non obligatoire, son exonération est laissée à l’appréciation des collectivités locales. Toutefois, alors que ces dernières vont perdre une bonne partie de leurs ressources avec la disparition de la taxe d’habitation, de nombreux contribuables pourraient se retrouver soumis à cette taxe « cabane de jardin ».

Plus 3 % d’augmentation en 2018

Selon l’arrêté paru au journal officiel du 10 janvier, la valeur forfaitaire permettant le calcul de cette taxe d’aménagement passe à 726 €/m² pour les communes hors Île-de-France et 823 €/m² en Île-de-France. Soit une augmentation de 3 % entre 2017 et 2018.

En ce qui concerne les piscines, également assujetties à cette taxe, la valeur forfaitaire passe à 220 €/m². Pour les panneaux voltaïques situés au sol, la valeur forfaitaire a été revalorisée à 10 €/m² et les emplacements d’aires de stationnement extérieur se voient gratifiés d’une valeur forfaitaire de 2000 € chacun. De quoi faire grincer les dents des contribuables concernés.

Rappel : pour calculer votre taxe d’aménagement, vous devez connaitre le taux appliqué par votre collectivité locale (généralement de 1 à 5 %, mais pouvant atteindre 20 %), par votre département (en dessous de 2,5 %) et votre région (en dessous de 1 %).

Publié par

A propos Anne Maurel

Web Rédactrice, l'Immobilier 100% entre Particuliers

Sur le même sujet

Donner les clés de sa location à une tiers-personne pendant une période donnée est possible sous certaines conditions

Les règles en sous-location

Sous-louer son logement est théoriquement interdit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.