Accueil > Achat-Vente > Acheter un bien immobilier à l’étranger et à bas prix

Acheter un bien immobilier à l’étranger et à bas prix

Certains pays européens liquident leurs biens immobiliers

Alors que le paysage immobilier en Europe continue de pâlir face aux foudres du contexte économique et financier européen, certains pays ont déjà commencé à brader leur patrimoine immobilier.
Fortement impactés par l’austérité, les vendeurs, les banques et les états tentent de se défaire de tous les invendus pour renflouer les caisses.
Ainsi, des rabais spectaculaires s’offrent aux acheteurs qui n’ont plus besoin de rouler sur l’or pour investir dans une résidence secondaire au soleil.
Mais prudence. Si dans certains pays de belles opportunités sont à saisir, dans d’autres il est préférable d’attendre encore quelques temps et d’étudier tous les paramètres d’un achat immobilier à l’étranger.

Tour d’horizon des opportunités d’achat immobilier en Europe

En Grèce tout d’abord, les stocks d’invendus dans le neuf ne cessent de croître et, par voie de conséquence, les prix ont dégringolé de 30 à 40% en deux ans. Les acheteurs français aiment particulièrement les Cyclades : 40% des acheteurs sur l’île de Paros sont français. Il faut dire qu’un mètre carré compris entre 1.500 euros et 2.000 euros à proximité des plages de sable fin en étonnera plus d’un.

L’Espagne, un des pays les plus touchés par la crise, compte aujourd’hui 1,6 million de biens neufs invendus. Depuis 2010, les prix de l’immobilier espagnol ont chuté de 20 à 30% et la baisse devrait se poursuivre, de 5 à 15% d’ici 2015. Malgré cela, il n’est pas forcément très prudent d’attendre pour acheter en Espagne, les anglais, allemands et scandinaves se ruent déjà sur ces biens immobiliers « en solde ».

Au Portugal, la situation n’est pas plus avantageuse pour les propriétaires. Si les offres sont déjà alléchantes, les banques continuent de casser les prix de vente et la tendance pourrait encore s’aggraver en fonction de l’évolution de la crise. Si vous souhaitez investir au Portugal, notez également que le coût de la vie est 30% moins élevé dans ce pays qu’en France.

L’Italie, elle, avance à deux vitesses. D’un côté, le centre et le nord dont la cote n’a pas baissé de plus de 5% en deux ans. De l’autre, les régions du sud au cœur desquelles les négociations atteignent des réductions de 25% à 30%. De très belles affaires sont donc à réaliser en Italie, mais les prix varient fortement d’une région à l’autre.

Enfin, soyez attentifs quant à l’ « après-achat ». En effet, face à d’importants déficits, les états les plus touchés prévoient de durcir leur fiscalité et notamment dans le domaine de l’immobilier. Ainsi la Grèce, qui vient de créer une taxe foncière, envisage de doubler l’imposition sur les plus-values immobilières. L’Italie, quant à elle, s’atèle à taxer les propriétaires qui passaient, jusqu’ici, au travers des mailles du filet.

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Malgré la possibilité de choisir une assurance individuelle, les emprunteurs privilégient encore l’assurance proposée par leur banque

Assurance emprunteur : la stratégie des banques pour vous garder

Assurance de groupe vs délégation d’assurance : pourquoi les banques contrôlent-elles 85% du marché ?

Un commentaire

  1. Il existe de nombreuses opportunités pour acheter un bien immobilier car les prix des propriétés sont en constante augmentation et il y a de fortes chances pour que vous en tiriez un quelconque profit si vous conservez votre propriété assez longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.