Accueil > Actualités > Un pas de plus vers le Grand Paris
Grand Paris

Un pas de plus vers le Grand Paris

Ce mercredi, lors d’une conférence de presse réunissant Jean-Paul Huchon, Président socialiste de la région Ile-de-France, et Maurice Leroy, Ministre de la ville, le projet du « Grand Paris » a fait un grand pas.

Lors de cette conférence le gouvernement et la région Ile-de-France ont annoncé la conclusion d’un accord sur l’épineuse question des transports du « Grand Paris ». Le Ministère de la Ville a expliqué que 32,4 milliards d’euros seraient investis d’ici 2025 pour la modernisation des réseaux actuels en particulier des RER, et la réalisation d’un métro automatique de rocade autour de Paris, élément majeur du « Grand Paris » nommé « Grand Paris Express ».

Jean-Paul Huchon a profité de son intervention pour souligner « le moment historique » que représente le montant astronomique de l’investissement de l’Etat dans les transports de la région.

L’OBJET DE LA NEGOCIATION

L’idée du projet initial était de permettre aux franciliens résidant en banlieue, de se déplacer de banlieue en banlieue sans repasser systématiquement par Paris. Deux projets étaient en concurrence dans ce but : « Arc Express », d’une part, qui consiste en un métro de 60 km en rocade porté par la région, et la « Double boucle » de métro souterrain de 130 km pensée par le gouvernement, aussi appelée « Grand huit ».

LE PROJET RETENU

Annoncé avant la fin des débats publics le 31 janvier dernier, le projet finalement choisi fusionne ces deux concepts, en prévoyant deux arcs à l’Est, comme souhaité par le département Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis. L’un de ces arcs, éloigné de Paris, tracé par la Société du Grand Paris (SGP), desservira Clichy-Montfermeil, l’autre desservira l’est parisien depuis Saint-Denis-Pleyel ou Le Bourget jusqu’à Champigny (Val-de-Marne), selon un tracé restant à définir.
Le futur réseau s’appuie sur l’actuelle ligne 14 de métro qui sera prolongée au sud jusqu’à Orly et au nord jusqu’à Saint-Denis-Pleyel, en reprenant le tracé issu de la concertation menée par le Stif. Le prolongement au nord de la ligne 14 doit permettre de désengorger la ligne 13. Une autre ligne desservira Roissy depuis Saint-Denis-Pleyel.

L’accord notifie par ailleurs un désaccord subsistant à propos du plateau de Saclay, l’Etat prônant un métro automatique pour la desserte du futur pôle de développement technologique, tandis que la région est pour un bus à haut niveau de service sur le plateau pouvant évoluer vers un tramway.

ET LE RESEAU EXISTANT ?

Par ailleurs, l’actuelle ministre des Transports, Madame Kosciusko-Morizet, a quant à elle, mis l’accent sur le pendant rénovation du réseau actuel de cet accord. Selon elle, les Franciliens vont voir rapidement « des améliorations très concrètes ». Elle parle du prolongement à l’ouest du RER E, de l’amélioration des RER C et D, ainsi que des poursuites des projets de tramways et de transports en site propre)

CONSEQUENCES A PREVOIR SUR L’IMMOBILIER

Le prix de l’immobilier repose sur sa localisation. Une amélioration des transports a généralement un effet significatif sur le prix des nouvelles zones desservies. Par conséquent, le prix de l’immobilier en banlieue devrait logiquement grimper, particulièrement dans les villes où une nouvelle gare sera créée.

De bonnes opportunités d’investissements immobiliers sont à prévoir !

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

A Marseille, de nombreux immeubles sont vieillissants

Comment ça se passe en cas d’arrêté de péril ?

Ce que prévoit la loi lorsqu’un logement devient dangereux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.