Accueil > Achat-Vente > La post-crise immobiliere

La post-crise immobiliere

Aux Etats-Unis, après le passage plus que ravageur de la dernière crise immobilière, les ventes ne repartent pas malgré des taux de crédit plutôt avantageux. A Dubai, après une période de forte croissance, le prix de l’immobilier a fait une chute libre en 2009 pour perdre 50% de sa valeur. Aux Etats-Unis comme à Dubai, le crash immobilier a forcé le retrait des acheteurs. A l’heure actuelle, en France, la crise en est à un autre stade: Les acheteurs sont bien présents, c’est l’offre qui est absente notamment en région parisienne.

Ces dernières années, en France, l’’instabilité économique ayant renforcé la valeur de la pierre, les propriétaires français s’y sont attachés pour traverser la crise. D’où une baisse de l’offre et une augmentation des prix. Dans la capitale, les vendeurs profitent de cette pénurie pour gonfler leurs prix, sachant qu’ils trouveront preneur quoi qu’il advienne. De l’autre côté, les personnes désirant faire l’acquisition de murs font la queue et paient le prix fort. Ceci explique la hausse globale des prix 2010 confirmée par la FNAIM.

Cependant, plusieurs opportunités vont probablement atténuer la timidité des propriétaires, et peut-être contribuer à la remise en confiance des vendeurs.

1. L’État français possède 60 millions de mètres carrés représentant 45 milliards d’euros. Il se trouve cependant que la gestion du parc immobilier étatique français est plutôt mal optimisée, et que certaines restructurations permettent aujourd’hui à l’’État français de revendre des unités de ses biens immobiliers. L’État français aura récolté 1.4 milliard d’euros en cession immobilière en 2008. D’ici à 2013, ce ne sont pas moins de 1700 biens qui vont être mis en vente, ce qui garantit un revenu non négligeable pour le gouvernement, mais surtout une remise en marche des mises en vente sur le territoire français.

2. Les taux immobiliers sont annoncés à la baisse pour T4 2010. Cette baisse joue surtout en faveur des acheteurs, elle augmente leur pouvoir d’achat.

Le problème, c’est que dans l’état de post-crise actuel, ce sont les vendeurs qu’il faut encourager, et non les acheteurs, ces derniers étant déjà prêt à l’achat. Cependant, il faut espérer qu’en facilitant un maximum les processus d’achat, cela donnera plus l’impression aux propriétaires qu’ils font effectivement face à des acheteurs plus solvables.

3. A la vue de ce marché immobilier prêt à flamber de nouveau, certains leaders d’opinion tentent d’ores et déjà d’encourager les propriétaires, à l’image de  Christian Lefebvre, président de la chambre des notaires de Paris:

Christian Lefebvre explique ce qui a été mentionné plus haut, que les taux immobiliers sont historiquement bas. Avec le slogan: “Vendeurs: vendez, acheteurs: achetez”, le président de la Chambre des Notaires de Paris cherche à balayer l’incertitude des propriétaires en expliquant que les prix vont probablement se stabiliser au niveau actuel.

Fin 2010, le marché de l’immobilier en France est encore incertain, mais beaucoup de choses portent à croire que les transactions immobilières vont repartir de plus belle très bientôt. Aujourd’hui, le marché immobilier traverse une phase d’aboutissement de l’ascension des prix, où acheteurs comme vendeurs lèvent haut le menton pour voir si la route commence à descendre derrière ce qui ressemble à un point culminant. Faut-il acheter maintenant?

A propos Sarah Joly

Responsable Publicité et Communication chez L'immobilier 100% entre Particuliers.

Sur le même sujet

Malgré la possibilité de choisir une assurance individuelle, les emprunteurs privilégient encore l’assurance proposée par leur banque

Assurance emprunteur : la stratégie des banques pour vous garder

Assurance de groupe vs délégation d’assurance : pourquoi les banques contrôlent-elles 85% du marché ?

Un commentaire

  1. Comme quoi on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Les acheteurs préfèrent jouer la prudence. Pour ceux qui sont propriétaires cependant c’est différent. Il est plus que temps encore de renégocier. Suite à une simulation sur simulationpretimmobilier com, j’ai finalement sauté le pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.